C'est nous !

S'inscrire

  • Add to Google
  • Ajouter à Mon Yahoo!
  • Add to Netvibes

TVB 2007

  • Tout va bien TV : placez le curseur sur la vidéo. Cliquez dessus pour la voir (en grand) sur Dailymotion

« EPO, te quiero | Accueil | This is provocation ! »

13/07/2007

Commentaires

Pierre Catalan

Voyons, tu sais bien que l'air du temps n'est pas à la repentance... Ni même à l'esprit de responsabilité et d'humilité.

Avec notre président, c'est table rase, on en parle plus, et hop, on démarre autre chose.

De mon point de vue, pas très sainement.

Charles

Je ne vois pas trop ce que viendrait faire une quelconque repentance ici.
Ce qui fait mal, c'est le doigt pointé sur les conditions de vie horribles de la classe ouvrière. Qui peut aussi rappeler le scandale de l'amiante, etc.

Mais franchement, les crimes de la guerre d'Algérie ou les maux de la colonisation n'ont pas grand chose à faire ici : cet homme a émigré pour avoir un travail et de l'argent, il s'est retrouvé ouvrier dans des conditions de travail extrêmement dures ; si bcp d'immigrés étaient dans ce cas, ce problème est un problème de "classe" et non d'immigration.

Bruno B

Je pense que la France du travail qu'a connu ce monsieur n'a rien à voir avec la france du travail d'aujourd'hui.

Pour ce qui est du Rap. heu heuuuuu ... je crois qu'il s'agit d'une chanson quand même bien engagée.

Charles

Sur la chanson : elle date d'il y a dix ans. Avant, par exemple, que le visionnage d'"Indigènes" n'incite Chirac à revenir sur le scandale des pensions des tirailleurs marocains / sénégalais...

Et elle claque!

"Qu'nous sommes la cause de c'marasme
Qu'c'est notre faute si la France est prise de crise d'asthme".

Franchement abusé?
Remember, Le Pen en 2002 et cette chanson est sortie avant...

En fait, cette lettre comme certains passages du morceau sont un moyen de montrer que, si l'immigration est une question politique, ce n'est pas un sujet à appréhender froidement ou à agiter à des fins d'élection. Derrière la problématique conceptuelle et de politique publique, il y a des individus, avec leurs malheurs et leurs espoirs.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Son et lumière