C'est nous !

S'inscrire

  • Add to Google
  • Ajouter à Mon Yahoo!
  • Add to Netvibes

TVB 2007

  • Tout va bien TV : placez le curseur sur la vidéo. Cliquez dessus pour la voir (en grand) sur Dailymotion

« Combien ça coûte (une mesure électorale)? | Accueil | Ne pleure pas Elmer ! »

28/02/2007

Commentaires

Charles ANDRE

Merci de cette précision Jules, je n'avais pas compris que tu voulais dire ça...
Tu rejoins la critique que Versac m'a formulée quand je lui ai "vendu" le texte: sans un mode opératoire original, punchy, c'est une posture narcissique.
[Au moins cet ADN aura été l'occasion d'un miracle de la science : Jules de W-next et Versac tenant les mêmes propos!]

Mais lorsqu'il s'agit de demander des projets de société cohérents en phase avec les défis qu'on a trop refusé de regarder en face (et pas de revendiquer quoi que ce soit pour telle ou telle catégorie de la population), pas évidente à monter, l'opé coup de poing...

J'ai toujours eu un faible pour les tartes à la crème, mais en ce moment ce serait dangereux pour mon taf et mon portefeuille, ma liberté de mouvement et ma beaugossitude.

Toutes les idées d'interpellation punchy sont bienvenues ici.

Jules

ma beaugossitude ! lol ! Of course you are !

Versac pense comme moi? Il doit se sentir voler. ;)

Aetius

Charles ANDRE

J'ai encore du mal à considérer le raffiné "ducon" de Toréador comme une banderille tout en subtilité...
La contradiction, virulente certes, que j'exposais à trouvé là, une réponse à la hauteur !
Enfin, on fait avec ce qu'on a.

Mon inventaire ne signifie pas "qui est responsable,… tous pourris".
Mon inventaire, qui reprend d'ailleurs quelques termes de votre appel, signifie que les situations, les problèmes, empirent pour les moins armés.
Mon inventaire ne signifie pas ...tous pourris, mais tous dans l'erreur (mais de bonne foi ?).

1) Le mauvais choix de système d'échange.

En fait, ce n'est pas même un choix. C'est la continuité depuis 1968. Donc, une facilité.
La France s'est éveillée industriellement, depuis plus d'un siècle.
Dans les années 1970, elle ronronne, avec une croissance correcte, à peine touchée par les chocs pétroliers et une inflation mal maîtrisée.
Pas trop d'ennuis avec les importations, que ses entreprises les organisent elles mêmes, bien avant qu'elles ne délocalisent.
Et puis, comme un best-seller le prévoyait, certains pays s'éveillent.
Tout va bien, puisque ces nouveaux venus sur la scène internationale ne nous font parvenir que des trucs de pacotille, à tel point que rapidement, vox populi qualifie ces objets de "made in Taiwan".
Un beau jour, pendant que les entreprises occidentales s'intéressaient discrètement, sous-traitaient sans communiquer et s'installaient à pas feutrés dans ces pays à bas coût, il y eut rejet des populations pour ces produits, ces pièces détachées, souvent de mauvaise qualité, venus de ces contrées exotiques.
Alors on supprima le "made in", pour cacher la provenance des indésireux et estomper la main mise du "marché" dans le commerce mondial.
Et depuis, ce phénomène s'est amplifié. Et maintenant, voilà qu'ils savent faire, ces nouveaux émergents. Et qu'ils nous supplantent, dans tous les domaines.

J'insère ici une phrase de Charles. Je lis :
"Oui, la France doit faire un choix : si on veut pouvoir s'acheter des télé et de la hi-fi pas cher, faut pas se plaindre des délocalisations. Et si on veut se protéger, nous voulons que les responsables politiques disent clairement ce que ça implique."

Ok. Mais qui oblige qui à s'acheter des télés ou de la hi-fi pas cher ?
Pourquoi aller chercher au loin ce qui existe tout près ?
Il faut savoir ce que l'on veut.
Il y a encore quinze ans, des téléviseurs de toutes marques étaient assemblés à Sens. Et aujourd'hui ?
C'est cruel, mais quand un "pauvre" achète (pour combien ?!) une paire de Nike fabriquée pour 10 dollars aux Philippines, il fait fermer l'usine de son cousin qui produisait d'autres baskets en Bretagne.
On a tous, dans notre famille ou notre entourage, des exemples de personne en proie avec le problème du chômage (3M) ou qui cherchent à s'en sortir avec un emploi partiel (1 personne sur 6 en France - 4M). Et on a tous une portion de responsabilité dans l'histoire.
C'est vrai qu'un achat est un acte politique. Mais quand les gens n'ont que peu de ressources, ont-ils réellement le choix ?
Les bornés veulent le beurre et l'argent du beurre ; les libéraux poussent jusqu'à vouloir aussi la crémière.
Feu Rony Couteur disait en 1994, lors d'un débat sur le sujet : "C'est curieux, j'ai l'impression que le monde du travail ressemble de plus en plus à celui du spectacle : tous intermittents".

Quelques prévisions ?
Avant quinze ans, Airbus sera produit en grande partie en Chine (où les salaires bas sont figés).
http://www.france5.fr/cdanslair/index.cfm
Voir Y a-t-il un pilote dans Airbus ? 1er mars 2007.

Dacia, filiale de Renault, qui en Roumanie produit depuis plus 40 ans les modèles arrêtés en France, arrive désormais avec la Logan. C'est un essai grandeur nature. Quand on sait que le potentiel actuel de production de voitures en Europe dépasse de 30% le besoin, combien de véhicules sortiront des usines françaises dans 20 ans ? Combien de compétences à l'ANPE alors ?

Le problème est qu'aujourd'hui, les dés sont pipés, le combat n'est plus loyal.
Des activités complètes disparaissent. Des régions mono-industrie périclitent.
La finance pèse beaucoup plus que la politique.
Le libre-échange, voilà l'ennemi !

De plus, ce ne sont plus des entrepreneurs qui pilotent les grosses boîtes, mais des financiers, quand ce ne sont pas des fonds quelconques, qui exigent une rentabilité à deux chiffres, loin de notre croissance inférieure à trois points.

Le libéralisme (le libre échange), ne fonctionne que si les concurrents sont au départ à égalité. Là, on peut parler de compétitivité, puisque tout le monde dispose des mêmes moyens. On peut aussi supprimer les barrières douanières, n'appliquer aucune règles dans les échanges, puisqu'elles ne servent à rien.

Mais comment lutter quand l'échelle du coût de la main d'œuvre est graduée de 1 à 50 ?
Dans les conditions actuelles, où le postulat est de dire que le meilleur gagne, la France et les occidentaux en général partent faire un marathon avec un sac à dos de 50 kg pendant que les p'tits nouveaux n'ont que leur gourde à la ceinture.
Oui, vous allez me dire, certains s'en sortent mieux que nous. C'est pinutts par rapport au déclin occidental qui se prépare.
C'est mieux outre Manche ? Peu de chômage mais que des petits boulots. Promenez vous un peu sur la côte anglaise : une maison sur trois est For Sale. C'est signe que tout va bien, effectivement.

Des solutions, oui, il y en a.

Emmanuel Todd, par exemple, se manifeste en novembre dernier.
----------------------------------
Il dénonce le «libre-échangisme» hérité de David Ricardo. Selon ce grand économiste du XIXe siècle, le libre-échange permet à chaque pays de se spécialiser dans les productions pour lesquelles il est le mieux placé (le vin au Portugal, le textile en Angleterre), cette spécialisation profitant in fine à tout le monde.

Aujourd'hui, avec la montée en puissance de l'Inde et de la Chine, le libre-échange économique n'est plus d'actualité car ces deux pays-continents, du fait de leur poids démographique, n'ont aucune raison de se spécialiser et peuvent donc concurrencer sans limite les concurrents occidentaux, jusqu'à épuisement de ceux-ci.

En somme, les classes populaires d'Europe ont raison contre leurs élites dirigeantes quand elles dénoncent les délocalisations et l'abattage à tout va des protections douanières ! La solution, pour Emmanuel Todd, réside dans la formation d'une entité économique étendue à toute l'Europe mais protégée de la «mondialisation» par de solides protections douanières. C'est ce qu'il appelle un «protectionnisme européen raisonnable».
----------------------------------

On peut même construire plus finement. Les disparités (fiscales et salariales) en zone Europe permettraient la création de trois entités économiques, avec des aides entre pays, jusqu'à ce que ces disparités s'aplanissent.

Et ne faites pas, de mon propos, une comparaison avec Le Pen. Lui veut fermer les frontières. Moi, je veux réguler les échanges.
Le pays s'est enrichi au fil des immigrations et devra accepter encore des flux, dans les décennies à venir.

Une petite citation ? : «Pire qu'un pouvoir occulte, nous découvrons avec la mondialisation une pure absence de pouvoir.».

2) Le mauvais choix de société.

Pendant que se déroule ce qui est dit plus haut, on travaille en France.
Et d'aucun ne trouve pas mieux que de faire supporter à ceux qu'ils ont sous leur coupe, les effets de ce commerce déloyal.
Pour rester concurrentiel, dans ce combat à l'issue prévisible, on frêne les salaires, on calque le temps de travail aux coups de feu de l'entreprise, on ouvre le dimanche, on cherche à supprimer les règles qui régissent le travail, on prétend vouloir offrir des heures sup. à ceux qui bossent déjà (et les autres, ils crèvent ?), en un mot, on presse le citron.
Le travail des politiques depuis nombre d'années va dans un sens unique, qui favorise les puissants et s'écrase devant les lobbies.
C'est normal : ils ont tellement les yeux rivés sur les sondages, sur la cote du CAC40, qu'ils ne perçoivent pas même ce qui se passe devant leur palier.
Mais, quand ils sont au pouvoir, ils évitent le regard sur leur indice de popularité.
C'est beaucoup plus simple de satisfaire un petit nombre d'installés que d'entendre et de répondre aux 7M qui vivent avec moins de 760 euros par mois !
Alors, à chaque élection, on fait des promesses, on prétend avoir la clé, on assure des jours meilleurs… Bref, on se présente. On ose se présenter.

Votre lettre demande bien aux trois "crédibles" des solutions ?
Je vous rassure de suite : ils n'en ont pas, puisque leur projet de société reste le libéralisme : dur pour Sarkozy, subtil pour Bayrou et adouci pour Royal.
Les trois ont appelé au Oui, alors que le peuple a répondu Non.
Il y en a même un qui veut faire voter le futur parlement, contre la décision des électeurs.
Cela ne vous suffit pas comme réponse ?

Je termine par une phrase de Michel Onfray, dite au cours d'un dialogue avec Philippe Raynaud, "A quoi sert l'extrême gauche ?" :

Est-on dans l'éthique de conviction ou de responsabilité ? La révolution est peut-être pour demain, j'en doute, mais en attendant que fait-on aujourd'hui dans le réel ? L'alternative n'est pas entre social-réformisme ou révolution. Il serait bon que les réformistes gauchisent un peu leur discours et que les révolutionnaires responsabilisent le leur, afin de faire ce qui est faisable et d'arrêter de défendre l'infaisable et l'indéfendable - le paradis sur terre.... L'extrême gauche officielle n'a pas le souci du réel, la gauche libérale n'a pas le souci de l'idéal.
http://hebdo.nouvelobs.com/p2203/articles/a331129.html

Bonne nuit.

Toreador

Aetius, vous écrivez trop et ne pensez pas assez. Comment : vous venez chez moi, pissez sur le canapé, cassez ma lampe et vous vous étonnez de vous prendre une baffe ?
Qui croyez vous êtes Aetius pour venir poster des commentaires agressifs chez les gens et attendre qu"'ils vous baisent les pieds ?

Votre commentaire est beaucoup trop long. Vous avez le droit d'être contre la démarche. Maintenant, je vais vous dire un truc : Charles, quelques autres et moi, nous avons tenté quelque chose. C'est mieux que de se draper dans une posture morale du type "ça sert à rien".

Toreador

Charles

Aetius,
Désolé, je ne suis pas adepte des smileys et autres lol mdr ptdr. J'aurais apparemment du les utiliser quand j'évoquais la banderille toute en subtilité de Toréador...

Que les enjeux et les conséquences de nos choix soient clairement expliqués et assumés (par les media et par les politiques) est précisément un des objets de ce texte. Je l'ai déjà écrit ici.
Rien n'a été anticipé, rien n'a été expliqué, rien n'a été assumé des conséquences de notre ouverture au libre-échange. Tout a toujours été présenté comme un fait accompli, on a toujours attendu qu'il soit trop tard pour présenter les choses comme une fatalité (ex. : le textile).
Forts de ce constat, nous demandons aux politiques d'effectuer un choix clair, aux media de contribuer à exposer leurs conséquences.

Non, rien n'oblige d'acheter ce qui est produit dans les pays à bas salaires. Mais ce choix a un coût, vous le savez.

Le libre-échange a des avantages, des inconvénients et des règles. Il faut le voir comme un tout. C'est, encore une fois, une dimension souvent occultée.

A l'inverse, le protectionnisme est un matelas, qui nous permet de contrer le processus de "destruction créatrice", de protéger des productions, de conserver des économies plus diversifiées, de rester immobiles...mais ce choix a un coût, qui lui-même doit être exposé et assumé.

Vous relayez le "raisonnement" d'Emmanuel Todd, selon lequel la taille de la Chine et de l'Inde ne leur obligerait pas de se spécialiser.
Depuis quand la taille est le critère de la compétitivité? La Grande-Bretagne dominait le monde libre-échangiste du XIXème siècle et le Japon n'a pas été écrasé...

"une entité économique étendue à toute l'Europe mais protégée de la «mondialisation» par de solides protections douanières".
Oui, je persiste et signe, c'est du Le Pen. Ou du Todd. Ou du Aetius. C'est du protectionnisme, qui implique notamment de grandes conséquences pour, par exemple, les pays en développement qui commercent avec nous...

Vous nous donnez vos solutions protectionnistes anti-mondialisation. Merci bien. Personnellement, la société protectionniste que vous décrivez me semble une société immobile, sans vie, sans remises en question. Elle ne m'attire nullement. Mais elle attirera certains qui demandent avant tout de la protection, de la conservation, de l'acquis, de la doulce France.

Tout ce que nous demandons, c'est que l'objectif et les implications politiques, économiques, sociaux qui président aux "réformes" soit clairement exposé et assumé. Sinon, ce sont des réformettes et des braquages. Choisissons une orientation claire ; pour cela, il nous faut un débat clair.

Aetius

Charles,

Je n'aborde que trois points pour faire court.

1) A propos de régulation :
Ne pas confondre imposer des taxes aux frontières pour réguler et protectionnisme.
Les Etats Unis sont "Le Pen" ?
Le Japon est "Le Pen" ?
Ces deux géants se gênent ils ? Non. Et le monde continue de respirer.

2) A propos de mes solutions protectionnistes anti-mondialisation :
Il n'est pas question de se scléroser, mais de continuer de travailler et de progresser plus sereinement, avec un esprit délivré des soucis de fin de mois.
Combien son courageux, volontaires et n'y arrivent pas ou mal, avec moins de 800 euros par mois ? C'est le prix de quoi, une précarité pareille ? Des gens méritent ça ?
Ces "petits" comptent ils pour vous ?

3) A propos du fameux concept de "destruction créatrice"
Des dizaines de milliers d'emplois se sont évanouis depuis 40 ans dans les industries manufacturières, textile, chaussures, électroménager, etc. (350.000 rien que dans l'habillement). Ce sont majoritairement des emplois sans grande qualification.
Pourquoi, bien que tout le monde s'accorde à le dire, un effort véritable n'est pas proposé dans l'éducation, l'université, la recherche ?
La production de l'Airbus est en cours de délocalisation. Que restera t il à Toulouse dans quinze ans, hormis les bureaux d'études ? Quand les 60.000 emplois directs, les 30.000 emplois de sous-traitants (tous relevant d'une industrie dite de pointe) seront évaporés donc détruits (je ne compte pas les emplois induits), vers quelles création vont se diriger ces gens ? La production de porte clés ?

Puisqu'une grande partie de la planète est moins chère que nous, puisque le libéralisme n'admet aucune règle, quelles industries, quels services vont naturellement résister ?
Quels sont les joyeuses prospectives de créations après destructions ?
Mon passé industriel me jouerait-il des tours ?

A vous lire.

Messager

Gesitt a fait une très bonne analyse, sans blabla, d'un pragmatisme auquel vous n'avez pas répondu et je m'en plains car j'adhère totalement à sa réflexion !
Je reprends par là-même l'évocation de Pécastaings qui s'inquétait de votre sectorisme arbitraire envers certains candidats dont il y a un mois vous n'auriez pas mis F.Bayrou, aujourd'hui à quasi égalisté avec vos acteurs ringards d'un autre temps, à bout de souffle et soutenus par une pseudo démorcratie aux allures de maquereaux appelés partis politiques, qui n'existent que par des textes en leur faveur votés par eux et pour eux...

Le seul régime démocratique qui vaille d'être est la représentation du Peuple par le peuple, c'est à dire version moderne, le RIC ou le RIP (référendum d'initiative citoyenne) adopté par les Suisses depuis belle lurette....
Toutes les autres propositions ou existences représentatives actuelles sont obsolet et nous n'en voulons plus, de ces plans de carrière, de cumuls de mandats, de ces élus qui ne nous considèrent que comme administrés et non comme citoyens électeurs et décideurs....

Toujours intellectualisé, tourner autour de la marmite pour savoir si c'est la tête ou le cul de la poule que l'on va installer à la cuisson en premier....

Le problème c'est qu'actuellement toutes ces tergiversations intellectuelles sont très éloignées de la réalité pragmatique du terrain, de la france dite profonde, celle du terroir qui représente la majorité de l'électorat... N'oublions pas qu'un Citadin est un paysan d'origine et fier de son terroir d'origine...

J'aime l'analyse de vos deux derniers articles et en particulier l'esprit de l'Europe...

Je réitère que vous vous contingentez sur les principaux candidats, cette analyse est injuste c'est comme si vous n'écoutiez en ces temps que l'avis des Députés bien éloignés des incertitudes du Peuple...
Vous semblez faire du "légitimisme- bobo-intello" qui se la pète d'avoir inventer une énième formule pour faire de l'eau tiède !

Pardonnez mon radicalisme verbal en lutte contre l'expression verbieuse anti pragmatique de faits....
C'est ce que j'ai ressenti en suivant la même chose sur le site désirs d'avenir durant quelques semaines pour essayer de comprendre Royal...

Je vous ai connu de par top-débats.info...
Pourquoi obligez vous aussi d'inscrire une adresse courriel, ce ne devrait pas être obligatoire, d'autant que lorsqu'un site est indiqué....

Gézitt

Je viens régulièrement vérifier ici si un émérite blogueur a répondu à ma question qui était :

Qu'entendez vous par crédibles ? La place de ces trois candidats dans les sondages, vos choix personnels ou collectifs, les choix des chaînes de télévision ou des journaux ?

J'ai trouvé, comme début de réponse :
"nous nous adressons à ceux qui ont une chance de gagner dans le monde réel"

Ce n'est pas une réponse, mais une obscure affirmation.
Je crois lire du Sarkozy : c'est comme ça parce que c'est comme ça !

Je pensais m'adresser à des spécialistes.
Merci à Messager de me conforter dans ce que j'avais cru comprendre.

Messager

Comme ce site m'a été indiqué par un Ami, de top-débats.info, je crois en sa crédibilité mais cher Gezitt, aussi, vous me confortez de ressentir la même impression quant à la réponse très circonstanciée, type Chef Police, qui vous a été formulée...

Il est vrai qu'actuellement, en cette période assez mouvementée, il faut être prudent de savoir à qui on s'adresse et j'en ai fait les frais dernièrement sur un site qui critique Royal mais qui est pro Sarko et surtour un site qui censure nos réponses...

Ca, ,je ne peux pas supporter, surtout quand les réponses sont étayées et loyales, alors comme moi si vous le voulez, allez les abreuver d'objectivité et d'honnêteté ainsi que d'intégrité comme s'en défend leur protégé, Mr Sarkozy... C'est :

http://jeff123.typepad.fr/royalmensonge/

Pour conclure, j'espère que nos jeunes essayistes sauront être à la hauteur des gourmands d'espoirs voire les intégristes de la rigueur intellectuelle pragmatique mais aussi nécessairement désuète au niveau de l'EGO...

Pour formuler cette rigueur, j'informe être pour maintes raisons objectives pour F.Bayrou, le seul candidat sans rustines, équilibré sur le plan famille, homme de terroir et de terrain où peuvent se reconnaître maintes citadins comme ruraux, littéraire et cultivé, ce qui change des deux autres concurrents... Etc, etc....

JABAIN

20 pays dont dix-huit ayant adopté le projet de constitution européenne se sont réunis à Madrid. Ils ont constaté :

1) qu'il n'y avait pas de plan B

2) que la France n'a pas fait de proposition pour débloquer la situation née de l'échec du référendum en France et en Hollande (comme si le gouvernement français se désintéressait complètement de l'avenir de l'Europe)

3) que les participants à la réunion de Madrid sont d'accord pour relancer le processus d'intégration européenne sur la base du projet qu'ils ont déjà adopté.


Question à poser à tous les autres candidats à l'élection présidentielle :

Quelle devra être l'attitude de la France si les pays européens qui ont adopté la constitution décident, entre eux, de mettre en application cette constitution pour tous ceux qui l'ont adopté. Et que l'on n'esquive pas la réponse en disant que ce n'est pas possible puisque les traités (y compris le traité appelé à tort projet constitutionnel) sont signés entre des états souverains et que rien ne peut les empêcher de le faire même si cela serait une mauvaise manière faite à la France (Les états qui ont voulu créer la monnaie unique se sont bien regroupés dans l'eurogroupe !)

Il faut aussi bien faire attention aux implications des réponses apportées à cette question :

soit on accepte de revenir sur le NON français et grâce à certains aménagements habilement présentés on intègre la communauté et l'Europe repart

soit on campe sur nos position au risque de voir l'Europe se faire , sans nous, autour de l'Allemagne (ce qui, en l'absence de la France et de l'Angleterre, serait le triomphe d'une Europe germanique étant donné la différence de poids économique entre l'Allemagne et les autres petits pays de l'Europe ) C'est ce dont rêvait Hitler, ce n'est sûrement pas ce que voulaient faire les pères fondateurs de l'Europe dont le but premier était de souder la France et l'Allemagne.


JABAIN

Un fonds de garantie des retraites avait été mis en place par les gouvernements successifs et devait être doté de 100 milliards d'euros pour assurer les retraites à partir des années 2040. Il ne doit y avoir, actuellement , qu'une trentaine de milliards dans ce fonds. On est loin du compte! et comme l'état, déjà fortement endetté, est impécunieux, ce fonds risque de ne jamais être abondé alors qu'il serait absolument nécessaire de le faire.
suggestion : créer, à partir de ce fonds, un fonds de pension assurant à tous les français que leur retraite sera garantie. Pour cela, il faut mettre dans ce fonds toutes les participations de l'état dans les entreprises cotées ou non cotées (elles appartiennent au peuple français et cela ne coûterait rien à l'état) et faire un appel d'offre pour faire gérer ce fonds par des établissement bancaires ou d'assurances pour le compte de la branche retraite de la sécurité sociale.
mérites de cette méthode: contourner les syndicats opposés aux privatisations, assurer les retraites de tous les français par les bénéfices fournis par ces produits de placement; assurer aussi, grâce à ce fonds de pension à la française et en tenant compte des participations de la Caisse des dépôts, une francisation des entreprises du CAC 40 (détenues actuellement à 40 % par les fonds anglo-saxons) pour ne pas voir leur sièges sociaux quitter la France. Un cahier des charges spécial peut demander aux banques et assurances gérant ces fonds de ne pas descendre en dessous de 51% pour EDF et AREVA et fixer un plancher minimum de participation (15 ou 20 %) pour toute entreprise jugée stratégique pour l'avenir du pays.

Messager

Les raisons du pourquoi l'Europe est en panne sont à mon humble avis très simples...

L'idée de l'Europe émane de la France et comme vous le soulignez, Jabain, de l'Allemagne mais dans des conditions initiales de complémentarité et cela il ne faut pas l'occulter... La France l'or vert et l'Allemagne la sidérurgie...
(époque Giscard)...

Ensuite présentement, l'Europe sauce Anglaise et Suédoise avec des appartés, ça suffit...(sauce mastritch)

Puis, un vote Français puis ou et Hollandais ont vite fait de recaler la vraie démocratie, les autres pays devant cet apparent désastre, ont fait forfait pour le scrutin type REFERENDUM pour adopter un vote parlementaire fagocité....(sauce XXIème siècle)

Ce que je prétends n'est que sagesse de PEUPLE ! Tout le monde a compris que l'Europe c'est la négation visuelle mondialiste moins la chine, USA, Russie et pays satellites, en somme les mêmes qu'au G8... Tout le monde a compris que l'Euro n'était qu'une force d'opposition au dollar et surtout pétro-dollar.... Tout le monde a compris que la libre circulation des biens et des personnes n'était que pour la spéculation et l'argent sale....

Et de tout ça, on semble s'étonner que les Français comme certains autres Européens ne sont pas dupes de ces magouilles dont les politiques sont les supports représentatifs et légitimistes d'un vol manifeste de la liberté du progrès pour tous....
Les valets du diable...
Lisez un très bon livre prémonitoire, "La danse avec le diable" de Gunther Schwab... Vous aurez tout compris de la trame dont nous sommes les pions et les politiques formés en partis, les alibis.
Bien le salut à tous,

Toreador

Gézitt, je vous ai répondu:
etius (soupir) vous n'avez pas compris le mot "crédible". Vous l'avez vu comme un jugement de valeur. Il s'agit de réalisme ! L'un de ces trois-là à 99,99% de chance d'être élu. Voilà pourquoi nous ciblons sur eux car nous voulons être utiles. On peut le déplorer, mais c'est comme ça.
Sur le fond, nous ne proposons pas une orientation : ce n'est pas "notre" boulot. Personnellement, ce que je veux, c'est que le débat que vous citez dans votre post et les questions, dont certaines sont très pertinentes, soient au coeur de la campagne. ET pas les porte-avions ou le patrimoine de Royal !
T.

Messager

Le patrimoine des Candidats ne me semble pas de moindre importance, il est le reflet de la transparence et de choix de vie par devant les Citoyens...

Est-ce juste aussi que S.Royal ne soit pas mariée, vive en concubinage relatif et veuille accepter de banaliser le mariage, ce symbole, en accès aux homosexuels !

L'image envoyée est l'image intérieure de la personne et augure en micro de ce qu'elle peut produire en macro...

Il y a tant de contradictions chez les Candidats, comme S.Royal qui dénonce le cumul des mandat alors qu'elle le fait elle-même.
Que celle-ci dénonce la prestation de Sarkozy jusqu'auboutisme de sa place de Ministre de l'intérieur et elle qui occupe sa place de Présidente de région en y étant payée sans y mettre les pieds....

La crédibilité sans être mégoteur s'oblige à commencer par les petites choses de la vie qui ne sont pas anodines...

Dans l'imagerie du micro et du macro, je serai tenté de ces dictons populaires :
Qui vole un oeuf vole un boeuf...

Et, ce sont les petits ruisseaux qui forment les grandes rivières...

Aetius

Coucou, Charles !
Pas de réponse à post du 07/03 à 10h03 ?

Charles

Aetius (désolé aux autres, j'essaierai de vous répondre + tard),


1) Une taxe aux frontières est une forme de protectionnisme. Une barrière douanière en est une autre. Protectionnisme est générique : protection, la taxe est une modalité.

Mais effectivement, mon raccourci sur Le Pen était facile. Je ne suis pas favorable aux barrières douanières pour des raisons d'intérêt particulier français et général : nous profitons de la liberté des échanges. En général, on se plaint de la mondialisation quand on n'a pas eu le courage d'anticiper les mutations de notre offre qu'elle impliquait. On attend qu'il soit trop tard pour ne pas avoir à changer, ne pas avoir à décider, et après on dit "saleté de mondialisation". Populisme, que Le Pen n'est, il est vrai, pas le seul à incarner.

Le protectionnisme pèse avant tout sur les pays en développement (ce n'est pas pour rien qu'ils se fédèrent pour demander la levée des barrières douanières occidentales). J'y suis défavorable, même si ça implique des exigences pour la France.

2) Je ne vois pas en quoi vous démontrez quoi que ce soit. Il y a des pauvres donc c'est la faute à la mondialisation?

3) Je m'insurge aussi contre l'absence d'efforts pour accorder nos formations aux
besoins d'aujourd'hui et, même, pour anticiper une offre en favorisant structurellement l'innovation.
Peut-être que les tâches participant à la construction des avions Airbus devront être délocalisées dans les pays à bas salaires. On ne gardera peut-être chez nous que la conception, le contrôle, le marketing, la direction. Je ne vois pas le problème qu'il y a à évoluer, je le répète.
Il y a eu, il y a deux semaines environ, un article dans le Monde sur des ouvrières textiles qui ont été formées à d'autre tâches en anticipation de délocalisations futures. La tonalité des propos était assez largement positives : la reconversion a amélioré leurs qualifications, leur a permis de découvrir une nouvelle activité et, souvent, de diversifier leurs tâches, moins exclusivement manuelles. Tout bénef, même s'il est au départ terrifiant de devoir changer de job à 50 ans.
Changer de job à 50 ans, devoir changer de secteur, c'est ce qui terrifie certains dans la mondialisation. Je le comprends.
C'est précisément cette variété, cette incertitude, cette philosophie de vie, carrément, qui la rend si positive à mes yeux. Je n'ai pas encore 30 ans...

Aucune loi économique ne considère qu'on perdra les services. Mais pour les industries, pour les productions nécessitant des ouvriers pas/peu qualifiées, nous ne pourrons, en effet, pas facilement lutter contre les pays à bas salaires. Et encore, n'oublions pas les coûts de transports (additionnés, je l'espère, de taxes écolo à venir).

Montons en grade !

Aetius

Ce ne sont pas des réponses qui me font changer de conviction.
J'espère en la clairvoyance des électeurs.

Messager

Idem pour moi, vos argumentations sont un peu stéréotypées base mondialisation.
Vous aussi le trentenaire pensez que les quinquagénaires sont ringards et d'une autre génération et bien j'ai 56 ans et ai passé ma vie à monter des réseaux et toujours d'être dans le mouvement de la vie ! Je suis loin d'être le seul comme les pubs sur les quinquas à la TV l'illustrent... Le seul hic, c'est le couac qu'il n'y a pas d'emploi pour les quinquas, quel que soit leur niveau d'expérience, de compétence et de volonté....

Là est aussi un sujet où les politiques font chou blanc, et Villepin comme Larcher n'ont rien fait depuis 2004 où ils se sont prétendus attelés au sujet dramatique de + d'un million 250 000 quinquas privés d'emploi et très souvent de ressources et indemnisations...
Alors vos blablas sur les bienfaits de la mondialisation, je me gausse et dis que c'est du bidon que de promouvoir un prolétariat et un encadrement en le tirant vers le bas... C'est en effet les dernières cartouches que se tirent dans les pieds les protagonistes d'un utopique progrès et évolution basés sur des besoins que l'humanité n'a pas le réel besoin pour vivre sainement....

Aetius

Merci Messager. Tes 56 ans et mes 60 ne sont pas prêts à se laisser attendrir par des petits jeunes qui n'ont encore pas vu grand chose et qui ont encore l'espoir en ce merveilleux libéralisme duquel ils sont certainement protégés.
Pourvu que ça dure.
Pour la route, un petit mot de Luc Ferry que je fais mien :
«Déconnecté de toute visée de civilisation ou d'humanisme, le progrès n'a plus d'autre justification que son propre mouvement.»

Messager

Déjà, contrairement à certains sites, il n'y a pas de censure !
Deuxièmement, il est vrai que les jeunes devraient s'inspirer de l'expérience vécue des plus anciens qui est à leur service, non pour les rabaisser mais bien au contraire, pour la majorité d'entre nous, les élever pour qu'ils ne fassent pas les mêmes erreurs que nous avons souvent commises comme celles de croire bien de trop, dans les années 70 au plan marshall de Servan-Screiber, dans le défi américain dont nous voyons que les trente glorieuses signent le mot de la fin, voire de la faim des créatifs et évolutifs en tout genre !

Ce qui m'inquiète le plus, c'est le raisonnement intellectuel de maintenir un clivage gauche-droite, de le croire obligatoire chez des Jeunes ou alors il s'agit de manipulation comme je l'ai déjà laissé entendre, par des sites qui fovorisent de manière occulte l'un ou l'autre des deux candidats qui sont gênés par F.Bayrou, seul repésentant actuel d'une réelle représentation du Peuple.

Le Peuple n'est pas que plèbe ou prolétaire, quoiqu'un prolétaire au sens étymologique du terme est quelqu'un qui n'a que le fruit de son revenu pour vivre... Pour moi, la notion de Peuple est la Citoyenneté souveraine, non anarchiste puisqu'en faculté de se représenter par le RIC, (référendum d'initiative Citoyennne), largement utilisé par les pays démocrates comme la Suisse....
Je suis comme vous tous, désireux de mettre de mon énérgie pour un site qui se précise sur sa philosophie d'existence sur le Net.
Sinon, je circule à d'autres horizons où comme par hasard, je rencontre souvent les mêmes qui recherchent une forme de Vérité....

Alors, comme Marianne, s'expose ; à votre niveau, au vote interne, pour qui roulez-vous, moralement, moi, je l'ai déclaré et argumenté...
Un sans opinion n'est pas créatif et évolutif, pour ce genre de site !
N'est-ce-pas ?...

jérôme

Concernant le protectionnisme ou le fait de pouvoir taxer des produits provenants de certains pays, notons que les règles de l'OMC permettent tout à fait ce genre de mécanisme : quand un pays considère une concurrence comme déloyale, il peut en appeler à l'OMC. C'est d'ailleurs une option proposée par Joseph Stiglitz (alter mondialiste bien connu non ? ;-) )dans son ouvrage "Un autre monde" que je vous conseille fortement. Il propose de taxer certains pays pollueur pour "dumping environnemental". La gouvernance de l'OMC n'est certes pas très démocratique (et favorise les pays du nord) mais c'est il me semble une piste à creuser. La mondialisation a du bon mais l'uniformisation des règles ou des taxes n'est pas bonne : on ne peut pas taxer des importations d'un pays qui fait 10% de croissance comme en Asie du Sud Est de la même manière qu'un pays africain. De la même manière on ne peut pas subventionner les paysans français ou américains qui exportent vers des pays en voie de développement.

Aetius

On est d'accord jérôme, c'est une piste à creuser.
Si l'OMC, comme tu le dis, favorise les pays du nord, son raisonnement est trop global et ne peut suffire à une gouvernance commerciale équitable.
Mais est-ce vraiment son objectif ?

Sondage

Bonjour,

A l'approche de la présidentielle, beaucoup d'avis sont encore indécis. Pour mettre en avant les idées de chacun et en particulier les tendances, depuis plus d'un an, nous enregistrons les opinions des français au travers de questions de sondages.

Nous offrons aujourd'hui la possibilité de diffuser sur votre blog les résultats des derniers sondages régulièrement soumis dans notre réseau. La démarche est simple. Pour plus d'explications, consultez la page suivante : http://www.debat-politique.com/partenariat-sondage.html

Je souhaite à tous le meilleur déroulement de la campagne et le bon vote le jour J.

Nicolas

Jacques Bellier

C'est un peu long, Charles, d'arriver en fin de liste pour signer. Mais j'y suis, alors je ne vais pas mégoter sur tel ou tel terme moins ajusté que je ne l'aurais voulu : je signe des deux mains, très fier d'être en si honnête compagnie !

Charles ANDRE

Un nouveau relais de l'ADN : interview de votre serviteur par Buzz-blog.

@ Jacques,
Aucune qualité n'est aussi importante que l'honnêteté ; le compliment me va donc droit au coeur.
Pour la longueur, s'adresser au coupable : Malakine !

Je vous inscris parmi les signataires.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Son et lumière