C'est nous !

S'inscrire

  • Add to Google
  • Ajouter à Mon Yahoo!
  • Add to Netvibes

TVB 2007

  • Tout va bien TV : placez le curseur sur la vidéo. Cliquez dessus pour la voir (en grand) sur Dailymotion

« A l'insu de notre plein gré? | Accueil | L'an 1 du roi Nicolas »

23/10/2006

Commentaires

Charles

Tant que l'exécutif gardera un tel pouvoir sur la nomination et l'avancement des juges, on ne sortira pas des relations incestueuses et d'une forte inégalité face à la justice.

Le judiciaire doit passer du statut d'autorité à celui de véritable pouvoir et acquérir une totale autonomie par rapport à l'exécutif.

Ce qui ne signifie pas la disparition du parquet, qui signifierait absence de "politique pénale" donc justice à autant de vitesses qu'il y a de juges.

Puisque le fait de commettre une infraction contre une personne dépositaire de l'autorité publique est une circonstance aggravante, le fait pour un dépositaire de l'autorité publique d'en commettre une doit l'être encore plus. Surtout à une époque où l'on cherche à "restaurer l'autorité" (parentale, de l'Etat...).

Si c'est 2 poids 2 mesures, la contestation et le "tous pourris" (que ta dernière phrase relaie hélas) continueront de grimper. Et le chaos continuera de s'approcher.

L'autorité doit être exemplaire.

Nicolas Pochez

L'intention de ma dernière phrase vise moins le "tous pourris" que celui qui grille la queue. Et elle appelle à la nécessaire vigilance de tous les citoyens vis à vis du comportement de ceux-là (... mais in fine de son propre comportement).

Si on veut vraiment des juges indépendants du politique, comment se fait-il que nous acceptions des syndicats de juges marqués politiquement? Pourquoi ne pas donner plus d'influence au citoyen dans cette gestion de carrières comme le proposait cette réforme abandonnée du CSM?

Il tient à chacun de nous d'être vigilant sur les propositions des candidats à 2007 sur ce point.

Charles

A partir du moment où le syndicalisme est libre, les syndicats colorés politiquement doivent être autorisés. C'est le pouvoir de nomination par le politique, en particulier l'exécutif, qui est un problème.
Perso, je serais pour un CSM composé de membres nommés à vie. Comme pour le Conseil constit, c'est in fine une garantie d'indépendance.

Oui, la réforme du CSM aurait du être menée à son terme et des représentants des citoyens lambda devraient y siéger. Mais que veux-tu, Chirac devait se protéger...


Oui, soyons vigilants, ayons l'air de quelquechose...car la désaffection est si grande aujourd'hui que n'importe quoi pourrait passer.

Que dire de ces jurys populaires à la *** prônés par SR..?

Nicolas Pochez

"A partir du moment où le syndicalisme est libre"... Mouais. Faut-il alors envisager des syndicats dans d'autres fonctions régaliennes de l'Etat comme l'armée par exemple? Et politisés en plus?

J'ai le sentiment que les syndicats de juges politisés sont une mauvaise réponse à un problème épineux: l'indépendance de la justice.

Que le citoyen soit un peu plus dans la boucle et le politique un peu moins, c'est sans doute une piste. Mais dans le détail, comment? C'est sans doute plus compliqué que ce que j'en sais.

HASSELMANN richard.

BIS REPETITA "Bravo "
pour un citoyen comme moi, qui n'est plus un "perdreau de l'année", et qui sort d'une de ces écoles, ou l'administration française forme ces cadres, je peux vous dire, que la politisation, comme la syndicalisation est porteuse de danger, mais le politique, c'est a dire nous tous depuis des lustres sommes responsables;
Comment voulez vous, qu'un individu a qui l'on dit qu'il est gardien du temple, investi de la puissance publique, pendant sa scolarité, qui prête serment, n'y croit pas!
Et puis c'est la découverte, des cuisines, des élus qui s'auto amnistient, des réseaux ,corps ou....autres qui se soutiennent, et in fine du seul "mimile" qui trinque, devant la justice, le fisc, la police;
c'est aussi la découverte du manque de considération et de salaires budgétaires insuffisants (les seuls qui comptent pour la retarite) et cela conduit à une politisation et une syndicalisation, qui veut "laver plus blanc que blanc" et qui de fait, récupére, pour les instrumentaliser ces mécontentements;La solution passe par la réforme de l'Etat, les moyens dégagés ici, iront vers les grandes missions régaliennes:La JUSTICE, comme la RECHERCHE et L'EDUCATION, ou La ANTE est de celles là.

Nicolas Pochez

A propos d'indépendance de la justice, cet article du Figaro est intéressant: http://www.lefigaro.fr/debats/20061024.FIG000000088_il_faut_rendre_au_peuple_sa_justice.html

carolus

Pochez, méfie toi de Martinez, cet homme est redoutable !

Je suis ok avec ses propositions de fin d'article, surtout la comparaison juge-interne.

Mais je crois toujours que le judiciaire doit être formellement indépendant, en tous cas que l'éxécutif ne doit pas jouer de rôle dans la nomination et l'avancement des juges.

Il y a des juridictions suprêmes, ne l'oublions pas;

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Son et lumière